Japan Attitude


Konnichiwa!
Que dirais tu de t'inscrire et de voyager au cœur du Japon avec nous?



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le thé

Aller en bas 
AuteurMessage
xsaga2001
Clamp Forever
Clamp Forever
avatar

~ Messages ~ : 261
~ Age ~ : 34
~ Localisation ~ : 95

Manga(s) préféré(s) : Chobits, CCSakura, Jusqu'à ce que la mort nous sépare, Naruto, Monster, 20th century boy, Aria,...

Anime(s) préférée(s) : CCSakura, Ailes Grises, Cowboy Bebop, Creamy Merveilleuse Creamy, Emi Magique, Lain, Monster, Ôban Star Racers, Texhnolyze.

MessageSujet: Le thé   Jeu 11 Nov - 13:47

Le thé



PERIODE PRÉ-TANG (AVANT 618)
C'est en Chine que s'est développé l'art de préparer le thé, personne en revanche ne sait avec certitude quand cela commença. Les disciples du Ch'an (Zen) attribuent non sans humour à Bodhidharma l'origine du thé, mais peu de gens raisonnables prennent cela au sérieux. On dit que le moine indien qui introduisit la forme Zen du Bouddhisme en Chine vers l'an 520 se serait coupé les paupières pour ne pas s'endormir pendant la méditation. La légende continue en disant que lorsqu'elles tombèrent, une plante appelée ch'a, dont les feuilles ressemblent à des paupières, poussa de la terre et donna aux méditants le moyen de rester éveillés. En réalité, on buvait du thé plusieurs siècles avant l'époque de Bodhidharma. La croyance populaire attribue la découverte du thé au divin Empereur Shên Nung (2737-2697 av. J.-C.) appelé " le père de l'agriculture " qui, selon la légende, testa plusieurs centaines de plantes; mais cela relève du mythe plus que de l'histoire. Vers l'époque de Confucius (VIe s. av. J.-C.) on utilisait régulièrement une plante appelée t'u pour les offrandes funéraires. Le caractère chinois pour cette plante ressemble à celui désignant ch'a (thé) et on les confond souvent, mais les spécialistes du thé chinois affirment que t'u est en fait ce que nous appelons parfois de nos jours « le thé amer » - une herbe qui, du point de vue botanique, n'a aucun rapport avec la famille du thé. Quoi qu'il en soit, on peut affirmer sans crainte de se tromper que le thé fut connu à l'époque des Trois Royaumes (222-277). Durant la période des Six Dynasties (386-589) L'habitude de boire du thé se répandit rapidement dans le sud et plus lentement dans le nord de la chine. Nous pouvons donc supposer que l'on prépara du thé pour la première fois dans les premières années de l'ère chrétienne, si ce n'est plus tôt; mais il fallut attendre la glorieuse dynastie T'ang pour que s'élabore l'art du thé et qu'il prenne place aux côtés de la peinture, de la calligraphie, de la poésie, de l'art de jouer du luth, du wei-chi (une sorte de jeu d'échecs qui se joue avec 360 pièces), des arts martiaux, des réunions pour apprécier l'encens, de l'art du jardinier paysagiste et d'autres passe-temps d' érudits.

DYNASTIE TANG (618-907)
Le thé, que l'on buvait à l'origine pour ses propriétés médicinales, était déjà devenu une boisson très à la mode dans les cercles de la cour au début de la période T'ang; et l'on peut penser que l'habitude s'en répandit rapidement dans toutes les classes de la population puisqu'elle fut bientôt reprise par les Mongols, les Tartares, les Turcs et les nomades tibétains qui vivaient au nord et à l'ouest des frontières chinoises. En fait, le thé devint bientôt un élément essentiel du régime des nomades dont la nourriture consistait uniquement de viande et de produits laitiers; le thé bu en grande quantité se révéla être un remède satisfaisant pour les maladies dues au manque de légumes et de fruits. Quant à ce que l'on peut, à proprement parler, appeler l'art du thé, il fut institué par celui que l'on nommera plus tard « le Dieu du thé ».


DYNASTIE SONG (960-1280)
Après l'époque T'ang, la plus grande partie de la chine fut gouvernée pour un temps par les envahisseurs tartares. Toutefois, en 960 une nouvelle dynastie, les Song, parvint presque à égaler la splendeur des T'ang. L'art du thé s'éleva à de nouvelles cimes encouragé par l'empereur Hui Tsung (1101-1125) troisième plus importante figure dans l'histoire du thé.

Quelques différences avec la période Tang
Bien que le thé du tribut continua de se présenter sous forme de gâteaux, le thé en feuilles comme celui que nous utilisons de nos jours commençait à devenir populaire. La source préférée des feuilles de thé avait changé de même que les sources favorites d'eau pure. Le commerce avec les tribus vivant aux confins de l'empire était devenu si important que le thé, troqué normalement contre des chevaux des steppes, pouvait aussi être utilisé pour dominer ces nomades sauvages. S'ils devenaient turbulents, leur contingent annuel de thé ne leur était pas livré. Afin d'être sûr d'avoir des stocks suffisamment importants pour se procurer tous les chevaux pour l'armée, le gouvernement, pendant un certain temps, interdit à tous ceux qui étaient au-dessous du rang de mandarin de septième grade d'acheter du thé. Malgré cela, une pénurie de thé fut l'une des raisons pour lesquelles les tribus frontières se révoltèrent et instaurèrent un Etat indépendant dans la partie nord de l'empire.


DYNASTIE MING (1368-1644)
Dans un sens, l'histoire du thé en Chine n'a pas besoin d'être contée après la période Song car, bien que cette dynastie se soit éteinte, il y a quelque sept siècles, bien peu de choses ont effectivement changé depuis lors dans les différentes manières de préparer et de boire le thé si ce n'est, dès le début de la dynastie Ming, I'adoption du thé en feuilles qui se répandit et qui s'est maintenue jusqu'à nos jours en tant que forme la plus utilisée. On pourra donc traiter plus brièvement la dernière partie de cette histoire. Après les Song, l'Empire fut gouverné par des Mongols pendant 84 ans. Puis apparut la dynastie Ming qui s'employa à faire revivre les gloires du passé. Sous son administration, une institution très importante, le Bureau du thé et du cheval, joua un rôle vital pour l'économie du pays. La demande de thé par les tribus des frontières était devenue si forte qu'il se rangea parmi les produits d'une importance majeure pour l'Empire, à la fois militairement et financièrement. Le Bureau - responsable du troc du thé contre des chevaux - fut mis sous le contrôle de fonctionnaires de très haut rang et, pour inciter les gens à cultiver suffisamment de thé pour pouvoir le troquer contre les chevaux nécessaires. L'impôt fut ramené au taux modéré fixé pendant la dynastie T'ang, c'est-à-dire à un centième de la récolte. Pour le reste, l'administration du thé suivit le modèle Song. Ce n'est que vers la fin de la période Ming que le thé arriva pour la première fois en Europe. Parmi les Européens suffisamment riches pour s'en offrir, certains furent enthousiastes, mais le bruit courut que le thé affaiblissait la vitalité d'un individu et qu'on l'exportait pour saper les énergies d'ennemis potentiels de la Chine! Cette croyance curieuse fait sourire, car il vint un temps où l'Angleterre en imposant l'opium indien en Chine sapa en fait les énergies d'un peuple qui aurait mérité meilleure récompense pour avoir donné le thé au monde entier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mangamaniac.forumsactifs.com/index.htm
 
Le thé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Attitude :: Du côté des japonais :: La culture japonaise :: Son histoire-
Sauter vers: